Lac de l’Eychauda: l’art de la patience.

J’ai souvent l’impression que le temps ralentit fortement dans certaines situations. Par exemple, quelques jours qui précèdent le déballage de cadeau d’anniversaire, ou la dernière semaine avant les vacances d’été sont trois fois plus longs que d’habitude.

C’était pareil avec l’escapade au lac d’Eychauda.

 Lac de l’Eychauda. Photo by Rafal Buczynski


Description de parcours

 Temps d’escapade: 4h aller-retour (pause casse-croute comprise 🙂 ), Distance 13km aller-retour

Où : À Pelvoux le Sarret tourner à droite, dans une petite route qui monte jusqu’au Chambran (suivre le panneau « l’Eychauda »). Se garer au terminus de la route.  



Pour qui : Jusqu’au lac, la randonnée est facile, la montée au col de Grangettes demande plus de vigilance. Les derniers mètres sont très escarpés et peuvent s’avérer difficiles à passer pour les personnes  qui souffrent une peur de vide. Il n’y a pas de précipices, mais le risque de glissade est réel. Les bâtons de randonnée peuvent être très utiles ici. La difficulté augmente de manière progressive, on peut donc tester nos aptitudes à randonner en montagne sans trop de risque.

Le chemin qui mène au col de Grangettes est étroit et demande un peu plus d’attention. À la fin on a besoin de s’aider de ses mains pour franchir les derniers mètres d’ascension. 

Équipement : Juste une paire des bonnes chaussures de randonnée, les bâtons et la crème solaire. 

Itinéraire GPS à télécharger

Journal de bord

 

La journée s’annonce chaude et ensoleillée, mais la vallée et encore dans l’ombre et la température est plutôt frigorifique…

Vallon de Chambran. Photo by Rafal Buczynski

 

 

La montée à l'AlaricEt voilà, on sort de l’ombre. L’idée de faire la petite pause est adoptée par acclamation. 

Jardin alpin. Photo by Rafal Buczynski

Oui, c’est long. Très long. On a beaucoup de temps pour peaufiner notre patience.

La montée (longue) en lacets. Photo by Rafal Buczynski

Si l’on est vraiment affamé, on peut s’arrêter au bord du lac. Sinon, on attaque le col de Grangettes.

Vers le col de Grangettes. Photo by Rafal Buczynski

Les derniers mètres d’ascension sont amusants pour les uns et un peu effrayants pour les autres. Poussé par la curiosité, je grimpe (sans regarder derrière 😉 ) jusqu’au col. Décidément, le jeu en vaut la chandelle. On déguste la vue sur la vallée de Serre Chevalier sans la moindre modération.

Vallée Serre Chevalier. Photo by Rafal Buczynski


L'auteur de cette article ne peut pas être tenu responsable en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit. / The author of this article cannot be held responsible for any accident or inconvenience that may occur on this circuit. / Autor tego artykułu nie ponosi odpowiedzialności za jakiekolwiek wypadki lub niedogodności, które mogą zdarzyć się na tym szlaku.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.